Quelles suites pour l’avis citoyen sur l’intelligence artificielle ? (2024)

Quelles suites pour l’avis citoyen sur l’intelligence artificielle ? (1)

Après plusieurs mois de travail passionnant, les 60 citoyens belges tirés au sort pour participer au panel citoyen sur l’intelligence artificielle (IA) ont présenté leurs conclusions.

Pour clôturer cette aventure riche de rencontres et de débats, les citoyens ont présenté leurs conclusions, le 25 mai dernier. Une occasion de débattre avec un panel de représentants belges et européens des priorités identifiées pour l’avenir de l’IA en Europe, mais également des suites qui seront données à leur travail.

Le Premier-Ministre belge, a ouvert l’événement en remerciant les 60 citoyens belges pour le travail important qu’ils ont accompli: «pendant trois mois, vous avez élaboré, ensemble, une vision sur l'avenir de l'intelligence artificielle. Une première étape importante. À nous maintenant de poursuivre le travail.» Il a affirmé que «la démocratie participative fonctionne puisqu’elle permet de rapprocher les politiques et les citoyens. Vous en avez apporté la preuve. Les résultats peuvent alimenter les politiques qui seront menées dans l'Union européenne.»

La Vice-Présidente de la Commission européenne, Dubravka Šuica, l’a rejoint sur ces constats, en déclarant dans un message adressé aux citoyenspanelistes : «Vous avez prouvé une fois de plus que la délibération avec les citoyens fonctionne. Vous avez déployé beaucoup d’efforts pour présenter une vision qui peut inspirer tous les niveaux de gouvernance», a-t-elle souligné, rappelant également que «la présidence belge a créé un précédent important, qui devrait inspirer toutes les présidences futures de l’UE à organiser leur propre panel citoyen. »

Pour Corina Stratulat, directrice associée au European Policy Center, a reconnu pour sa part que «souvent, les citoyens mettent la barre beaucoup plus haut que les représentants politiques, quand on leur demande de diagnostiquer les problèmes et d’essayer d’identifier des solutions», reconnaissant que les participants au panel ont démontré que «les citoyens sont tout à fait capables de travailler sur des thématiques compliquées. Ils sont capables de travailler ensemble, même s’ils viennent d’horizons différents, s’ils n’ont pas nécessairement le même âge ou ne parlent pas la même langue. Ils font de tout cela un atout et ils travaillent ensemble sur des idées qui montrent qu’ils ont bien compris le sujet».

Quelles suites pour l’avis citoyen sur l’intelligence artificielle ? (3)

Interrogé sur les résultats du panel, le coordinateur-général de la Présidence belge, Hendrik Van de Velde, a répondu sans ambiguïté «oui, nous sommes satisfaits du résultat! Vous avez réussi à traiter un sujet complexe aves des messages simples. Des choses compliquées sont rendues intelligibles, c’est un exploit!Sur le fond, la première chose qui me marque est que vous faites appel au sens des responsabilité, car il va falloir se former, s’adapter. La seconde est qu’il y a une très grande attente du niveau européen, une conscience très claire de ce que l’Europe peut faire et ne pas faire. Enfin, votre conclusion place l’humain au centre et c’est exprimé de manière très positive. Ce n’est pas une crainte par rapport à une technologie qui va nous submerger.Non, vous proposez des choses, avec l’humain au centre des préoccupations à chaque niveau. Donc, bravo!».

S’exprimant au nom de la Vice-Présidente de la Commission Européenne, Colin Scicluna, a démontré que le travail des citoyens ne resterait pas lettre morte, indiquant que « nous allons continuer à travailler sur la question de l’IA [NDLR: suite à d’adoption de l’AI Act] et nous allons bien sûr nous pencher sur vos propositions, qui vont vraiment alimenter notre travail. Vous avez pointé des questions sur lesquelles il faudra que l’on aille plus loin.»

Pour le Parlementaire européen, Dragoș Tudorache, a indiqué que l’IA Act est déjà très complet, mais qu’«il y a des choses qui ne figurent pas dans l’AI Act: l’éducation, le marché du travail, ou la défense, par exemple, qui sont des points très importants. La balle est dans le camp des Etats membres, car l’Europe n’a pas de compétence pour légiférer sur ces sujets.»

Quelles suites pour l’avis citoyen sur l’intelligence artificielle ? (4)

Saïda Sakali, de la Fondation Roi Baudouin, a rappelé que l’IA représente «un défi majeur et nous devons faire en sorte que personne ne soit laissé sur le côté dans cette transformation». Il faut «s’attaquer à la fracture au sein de notre société entre les jeunes et les non jeunes, qui va s’accentuer.»

Le CEO d’Agoria, Bart Steukers, confirme que l’IA aura un impact sur l’emploi, mais il ne faut pas avoir peur, selon lui. «Pour chaque emploi perdu en Belgique, la technologie peut créer trois nouveaux emplois. Mais ça dépend de nous. Il faut continuer à se former tout au long de notre vie. Il faut s’intéresser aux nouvelles technologies.»

Et Dragoș Tudorache d’abonder: «Il faut absolument repenser notre système éducatif. Il faut repenser les compétences que les jeunes acquièrent, parce que les compétences d’aujourd’hui ne seront plus celles dont on aura besoin dans une dizaine d’années, où l’IA se chargera de faire 70 à 80% des tâches que l’on doit faire.»

La ministre belge de l’Intérieur et du Renouveau démocratique a conclu ces échanges en invitant «les députés qui siègeront dans le prochain Parlement européen à s’emparer des résultats du panel». «Je suis certaine», a-t-elle dit, «que les recommandations reviendront dans les programmes des partis politiques et peut-être dans l’accord gouvernemental.»

Pour terminer nous retiendrons les mots de Bart Depredomme, l’un des citoyens ayant participé au panel:«le panel citoyen est une arme précieuse de la démocratie. Nous espérons maintenant que notre vision sera utilisée ».

Téléchargez le texte complet de l’avis citoyen sur l’IA

Quelles suites pour l’avis citoyen sur l’intelligence artificielle ? (2024)

FAQs

Pourquoi faire de l'intelligence artificielle ? ›

Il permet aux entreprises, quelle que soit leur taille, d'accélérer les applications stratégiques, d'améliorer la visibilité sur les données, d'en optimiser la protection et d'améliorer l'agilité fonctionnelle.

Comment profiter de l'intelligence artificielle ? ›

Conclusion
  1. Créer et vendre des produits alimentés par l'IA.
  2. Fournir des services d'intégration de l'IA.
  3. Proposer des consultations en matière d'IA aux entreprises.
  4. Investir dans des entreprises axées sur l'IA.
May 27, 2024

Quel est l'avantage d'une intelligence artificielle par rapport à un humain ? ›

Elle permet une analyse rapide et précise des données de santé, facilitant ainsi le diagnostic et le pronostic. Les usages basées sur l'IA, telles que les robots-assistants, améliorent également l'efficacité des professionnels de santé et le bien-être des patients.

Quelle place pour l'IA dans notre société ? ›

L'intelligence artificielle occupe une place grandissante dans notre quotidien. Agents virtuels, chatbots, assistants personnels, etc. l'IA se diffuse dans toutes les sphères et notamment dans le travail et l'éducation dans lesquels son utilisation fait particulièrement débat.

Pourquoi l'intelligence artificielle est l'avenir ? ›

L'intelligence artificielle (IA) est devenue un élément clé de la transformation numérique qui touche de nombreux secteurs d'activité. Elle permet aux entreprises de gagner en efficacité et en productivité en automatisant certaines tâches et en analysant de grandes quantités de données de manière rapide et précise.

Comment l'intelligence artificielle peut nous aider ? ›

L'intelligence artificielle a pour avantage de pouvoir répertorier toutes les cyberattaques connues à l'échelle mondiale. De ce fait, elle réussit à détecter immédiatement les attaques. Mais l'intelligence artificielle peut aussi être combinée au machine learning.

Quels sont les intérêts de l'intelligence artificielle ? ›

proposer des outils pour de nouveaux services, analyser et exploiter les données issues du Big Data (mégadonnées), optimiser les campagnes marketing et l'affichage ciblé, améliorer le service client : chatbots (dialogueurs), assistances virtuelles, etc.

Pourquoi avoir créer l'intelligence artificielle ? ›

Des processus et tâches automatisés. Un nombre réduit de fautes et d'erreurs humaines. Une augmentation de la productivité et de l'efficacité opérationnelle. Une amélioration des décisions commerciales grâce à l'accès aux données en temps réel.

Pourquoi on utilise l'intelligence artificielle ? ›

Les systèmes d'intelligence artificielle peuvent être utilisés pour automatiser des tâches fastidieuses ou répétitives, comme la saisie de données ou la gestion des stocks. Ils peuvent également être utilisés pour effectuer des analyses complexes, comme les diagnostics médicaux ou la planification des itinéraires.

Quelle sont les objectifs de l'intelligence artificielle ? ›

sont parfois utilisées pour la gestion de ressources humaines, par exemple comme outil d'aide à la décision. Les employeurs doivent veiller à garantir un équilibre entre amélioration des performances, protection des données et management de qualité.

References

Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Greg O'Connell

Last Updated:

Views: 6488

Rating: 4.1 / 5 (62 voted)

Reviews: 93% of readers found this page helpful

Author information

Name: Greg O'Connell

Birthday: 1992-01-10

Address: Suite 517 2436 Jefferey Pass, Shanitaside, UT 27519

Phone: +2614651609714

Job: Education Developer

Hobby: Cooking, Gambling, Pottery, Shooting, Baseball, Singing, Snowboarding

Introduction: My name is Greg O'Connell, I am a delightful, colorful, talented, kind, lively, modern, tender person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.